samedi 31 janvier 2015

Programmation - février 2015

Thématique du mois

Ce mois-ci, nous mettons "les bouchées doubles",,, Nos interventions mettent en vedette des paires, des duos et des programmes double.

Blog et Baladodiffusion du vendredi


Dimanche "en pantoufles"

Afin de rehausser votre expérience sur l'Idée Fixe

 Ne manquez pas d'écouter la playlist du mois sur MQCD Musique Classique, un ensemble de transferts vinyl. Visitez la page d'accueil du forum pour l'écouter!


Visitez nous sur Facebook Networked Blogs et Google + afin de visionner notre contenu et nous joindre avec vos comentaires!

vendredi 30 janvier 2015

Felix Mendelssohn: Concertos





Notre montage # 183 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast183


=====================================================================

Notre série Mendelssohn de janvier prend fin aujourd'hui avec un mntage qui regroupe trois de ses concerti. Déjà, nous avons proposé son concerto pour violon, op. 64 et un montage de 2012 son concerto pour violon et piano.

Ce dernier concerto (qui reviendra comme Sélection Souvenir sur MQCD Musique Clasique en février) fait partie d'un groupe de cinq comcertis "estudiantins" composés entre 1823 et 1824 contemporains aux sinfonias pour cordes. Parmi eux, on compte des concerti pour piano, deux pianos et un concerto pour violon en ré mineur, qui figure au montage d'aujourd'hui.

Composé à l'intentio de son ami Eduard Rietz (qui sera de la performance de la Passion Selon Saint-Marrhieu qui fera la réputation de Mendelssohn comme chef) sera oublié jusqu'à sa redécouverte en 1951 par le regretté Yehudi Menuhin, qui s'entichera du concerto et en achètera les droits d'auteurs de la succession Mendelssohn. Il créera une édition de conert, qu'il dirigera lui-même à New-York le 4 février 1952.

La prestation du montage est son édition du concerto, joué par l'Allemand Frank Peter Zimmermann.

C'est à 23 ans qu'un Mendelssohn "mûr" composera son premier de deux concerti pour piano, le second suivant cinq ans plus tard. L'hésitation relative  est due sans doute au besoin pour Mendelssohn de composer quelque chose qui se veut plus qu'un concerto "athlétique", mais quelque chose qui a du corps. Son comcerto op. 25 allie un jeu athlétique au raffinement et à l'effervescence des compositions de la première heure de la phase "mature" du compositeur. L'opus 40 est un peu plus austère, mais plus balancé musicalement.

C'est l'intégrale des deux concertos par la Canado-Coréenne Lucille Chung et l'Orchestre Symphonique de Laval (en lice pour un Prix Opus à sa sortie)  qui sont du montage d'aujourd'hui.

Bonne écoute!



mardi 27 janvier 2015

La Chronique du Disque (janvier 2015)



Le billet suivant est ma Chronique du Disque du 27 janvier 2015.

NDLR: Si vous cherchez plus de détails à propos de mon barème d’évaluation pour la Qualité Sonore et l’Impression Globaleveuillez lire quelques unes de mes chroniques précédentes



Mes suggestions pour 
janvier




Mendelssohn - Complete Symphonies/Overtures - Abbado
[Torrent]

Notre janvier dédié à la musique de Mendelssohn serait incomplet sans une suggestion appropriée. Parmi les intégrales des symphonies du comositeur, celle signée par Claudio Abbado et le London Symphony (années 1980) ne peut passer sous slience... Il s'agît ici d'une intéglae intelligente et sentie, qui propose des lectures qui individuellement et dans leur ensemble solignent avec brio la pensée musicale de M. Félix. Ce coffret revu numériquement compte sept des ouvertures les plus connues du compositeur, et une jolie orchestration du cherzo de son octuor. Un "must" pour les amateirs de Mendelssohn, point à la ligne.  QS= A, IG = A.




Famous French Overtures
[eMusic]

Les prochines deux sélections pour la chronique de ce mois-ci met en vedette Jean Martinon, qui fut l'objet d'une tangente des plus intéressantes sur le forun en fin d'année 2014.Ce quatuor de soi-disantes "ouvertures françaises" a eu sa part de rééditions, dont dans une collection de la série "Éloquence" Decca. Enregistrées en 1953 pour un microsillon, Martinon se joint à la Philharmonique de Londres pour ces petits bonbins, le plus succulant étant Zampa d'Hérold. En dépit d'un repiquage numérique disponible sur le marché, mes amis d'eMusic ont opté pour un transfert vinyle du microsillon original, de piètre qualité. En d.pit de cette carence, l'énergie conférée par Martinpn à son orchestre Londonnien reste palpable. QS = B, IG = B+.





Martinon: Quatuors à cordes
[eMusic]

Le même fil de discussion m'a amené à me procurer une de ses suggestions. Après ma petite écartade Igor Markevitch du mois dernier, voici donc une écartade Martinon comme compositeur et non comme chef. Clairement, Martinon a beaucoup à dire et il le fait avec une éloqience incoupçonnée (par votre humble serviteur)... Ces quatuors sont modernes, sans être prétentieux ou inaccessibles. Et ils ont de la personalité - ce ne sont pas des calques de Ravel ou Debussy... Les interprètes sont convaincus - et convaincants. Comme pour Igor M., Jean M. est un compositeur égal à sa réputation de chef! QS = A, IG = A-.




Previn, A.: Invisible Drummer (The) / Variations On A Theme by Haydn / 5 Pages From My Calendar / Matthew's Piano Book



La conséquence inévitable de mon regard sur les chefs qui composent nous amène à considérer un musicien qu'on appelle en anglais un  “triple threat” – c'est à dire une menace en trois temps: compositeur, chef et pianiste et je parkle bien sûr du chef naturalisé Américain Andre Previn. Quoique Previn a endisqué Chostakovich et Poulenc comme pianiste, sa discographie pianistique est surtou comme jazzman, adaptant les chansons ou les airs de la scène et du cinéma.Ce disque de compositions pour piano seul est plutôt d'inspiration jazz, un peu comme la musique d'un autre "triple threat" pianistique, le québécois François Dompierre. C'est un disque qui a ses moments agréables, mais ruen de plus… QS = A-, IG = B+.




Jacques Ibert Chamber Music


Le certificat de naissance de Jacques Ibert confirme qu'il est né au XIXe siècle, mais celui-ci est clairement une voix du XXe. Ibert compose pour tous les genres et tous les goûts, et son oeuvre pour petits ensembles compte quelques bijoux, dont son Entracte pour flûte (ou violon) avec clavecin (ou guitare), une des oeuvres au programme de ce disque du quatuor 
Bridge et leurs amis. Vous y trouverez des oeuvres pou quatuor, mais également pur violon et violoncelle solo et d'autres combinaisons intriguantes. Un disque comme celui-ci résonne quand on reconnaît que les interprètes sont vendus à la cause, et c'est le cas ici. QS = A-, IG= A-.

dimanche 25 janvier 2015

Bellissima!

Le billet suivant est la reprise d.un billet du blog  I Think You Will Love This Music Too (Montage # 111) du 28 juin 2013.




pcast111- Playlist

=====================================================================
Notre montage d’aujourd’hui se veut un homage à la beauté, et à un ensemble de belles demoiselles de la mythologie et de la scène.

Parmi les personnages de la mythologie, on compte Mélusine (Mendelssohn), Galathée (Suppé), Hélène de Troie (Offenbach) et Aurore (Tchaikovski).

De la scène: Marguerite (Gounod), Esméralda (Plamondon et Cocciante), Mimi (Puccini) et Maria (Sondheim et Bernstein).

Finalement, j’ai opté pour des chansons de Debussy, et des voix populaires de Carole King et du regretté Joe Cocker (dans un succès signé Billy Preston).

Notons que la suite de La belle au bois dormant de Tchaikovski est, comme la coutume le veut souvent, assemblée par le chef d’aujourd’hui, Richard Bonynge.

Bonne (et surtout belle) écoute.




vendredi 23 janvier 2015

Felix Mendelssohn: Lieder ohne Worte





Notre montage # 182 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast182


=====================================================================

On les appelle des "romances sans paroles". Parle-t-on de mélodies purement instrumentales, ou d'autre chose… Selon les dires de Felix Mendelssohn lui-même:

Ce que la musique que j'aime m'exprime n'est pas nécéssairement trop indéfini afin de les exprimer en mots, mais au contraire trop défini.
(les mots sont italisés par Mendelssohn lui-même dans sa correspondance)

Il semble de bonne guerre, dans les ascenseurs et les salles d'attete, de nous fournir de la musiue instrumentale (de la muzak comme on le disait à un moment donné) souvent des interprétations anonymes des chansons populaires de l'époque. Ce phénomène n'est pas nouveau: Franz Liszt a transcrit à sa façon des dizaines de lieder de Franz Schubert, whicen fait des versions revues et adaptées pour un pianiste virtuose.

Pas le cas ici - ces Lieder ohne Worte ne sont pas des mélodies écrites en anticipant qu'on leur ajoutera des paroles. Ce sont des pièces entières et autonomes, qui  saisissent une atmosphère, un moment, une tendresse...

Les huit "livres" (ou volumes) de romances sans paroles, composées entre étaienr 1829 et 1845 couvrent l'essentiel de la période mature de Mendelssohn pau oint de vue temporel, chacune comptant six romances. Ces compositions suivent le modèle romantique de courtes pièces pour piano (à la Chopin) quoique le principe de la romance sans parole est en soi novateur. La soeur de Félix, Fanny, en composera elle-même un bon nombre, et plusieurs musicologues considèrent qu'elle fut complice ave son frère dans le développement de ce genre.


L'automne dernier, dans un billet consacré  aux transcriptions opératiques pour piano, j'ai doscuté de l'épanouissement musical avant la radio et le piano dans les salons étaien quelque sorte la radio du XIXe siècle, et donc la façon la plus commune d'écouter de la musique. Car elles sont accessible aux pianistes de faculté modeste, ces romances furent probablement très populaire dans les salons de l'époque.

Le montage d'aujourd'hui propose une sélection modeste de ces romances, jouées par un bon nombre d'artistes, et complété avec une romance de la part de Fanny.

En complément, une intégrale des 48 romances par Daniel Barenboim, gracieuseté YouTube:


Bonne écoute!



mardi 20 janvier 2015

Felix Mendelssohn sur MP3.COM


Le billet suivant est mon Mardi en Musique du 20 janvier 2015.


Notre premier Jadis sur Internet pour 2015 propose des titres plus intimes de la part de Félix Mendelssohn.

De son répertoire de musique de chambre, je vous offre un quatuor à cordes et une romance sans paroles pour violoncelle et piano - en préparation pour notre montage de romances pour piano seul de vendredi.

De son répertoire pour piano, une paire de grandes pages dont les variations sérieuses, qui rappellent les variations symphoniques de son ami Schumann. Pour conclure, du piano à quatre mains - peut-être du genre qu'on aurait pu entendre au domicile Mendelssohn avec frère et sœur au clavier.

Comme c'est notre habitude, les prestations retenues furent téléchargées depuis MP3.COM il y a une douzaine d'années, avec des artistes plus ou moins établis.


Bonne écoute!


Felix MENDELSSOHN-BARTHOLDY (1809-1847)

Romance sans paroles en ré majeur, pour violoncelle et piano, op. 109
Harry Clarke violoncelle
Sanda Schuldmann, piano

Quatuor # 3, en ré majeur, op. 44 no. 1
Fairmont String Quartet

Rondo capriccioso, en mi majeir, op. 14
William Larson, piano

Variations sérieuses, op. 54
Paul Badura-Skoda, piano

Andante tranquillo con Variazioni, en si bémol majeur, op. 83a
Kimiko and Arnd Dolge, pianistes duettistes

Téléchargements depuis MP3.COM, 2001-02


dimanche 18 janvier 2015

Les îles

Le billet suivant est la reprise d.un billet du blog  I Think You Will Love This Music Too (Montage # 66) du 10 août 2012.



pcast066 Playlist

=====================================================================
En Pantoufles cette semaine fait une excursion.. insulaire, visitant des îles réelles oiu imaginaires...

À Saint Malo beau port de mer, 
À Saint Malo beau port de mer, 
Trois beaux navires sont arrivés,
Nous irons sur l'eau nous irons promener,
Nous irons jouer dans l'île.


Cette comptine du Canada Français est le point de départ du montage de cette semaine. À Saint Malo parle sans doute des voyages d'exploration de Jacques Cartier au Canada, et l'île pourrait être l'Isle-aux-Coudres, explorée par Cartier lors de son  deuxième voyage au Canada en 1535. Le chef et compositeuyr Canadien-Anglais Sir Ernest MacMillan adapta la comptine pour quatuor, et pour orchestre.

Notre prochain arrêt est l'île de Porto Rico, dans la mer des Caraïbes, telle qu'évoquée par le compositeur Américain d'ascendance Françâise, Louis Moreau Gottschalk. Egalement sur notre itinéraire, l'île envoûtanmt de Bali Ha'i, un numéro extrait de la miusique de South Pacific, interprétée avec brio par Sarah Vaughan.

Appartenant au Danemark, les îles Féroé sont un archipel subarctique situé entre la mer de Norvège et l'océan Atlantique nord, à peu près à mi-chemin entre l'Écosse et l'Islande.  Le danois Carl Nielsen suggère une excursion imaginaire à cet archipel dans sa rhapsodie du même nom. Un voyage réel fit celui de Mendelssohn aux Hébrides Ecossaises et la fameuse Grotte de Fingal'. Je ne saurais dire si l'Américain  Philip Glass Islands, parle d'îles réelles ou imaginaires - à vous de décider.

Les deux oeuvres majeures du montage de cette semaine furent discutées lors de billets du mois d'août 2011, alors que l'on parlait de tableayux qui ont inspiré les compositeurs. L'île des morts de Rachmaninov est sans contredit son oeuvre orchestrale la plus troublamnte, et sans doute l'une de ses oeuvres les plus pupulaires. Tant qu'à l'île joyeuse de Cythère, j'ai suggéré deux évocations pour piano de la part de Debussy et Poulenc l'an derbier - voici celle du Belge Claude Ledoux. J'ai monté ici la première mondiale de cette musique concertante  lors d'un concert radiodiffusé en 1986 pour l'union des radiodiffuseurs francophones. L'OSM est sous Charles Dutoit et l'un des trrois solistes est le pianiste Canadien Louis-Philippe Pelletier, longtemps associé au répertoire de musique contemporaine.

Bonne écoute!

vendredi 16 janvier 2015

Felix Mendelssohn: Lobgesang





Notre montage # 181 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast181




=====================================================================

Notre arc thématique dédié à Mendelssohn continue avec une paire de symphonies (ou sinfonias) numéro 2.

En lever de rideau, une des douze "sinfonias pour cordes" (parfois appelées symphonies pour cordes) d'un Mendelssohn adolescent (datant de 1821-23). Peu de temps après ces sinfonias, les musicologues considèrent l'oeuvre de Félix entre dans sa phas "mature", avec son octuor et l'ouverture du Songe d'une Nuit d'été.

J'ai retenu la deuxième sinfonia pour le montage et vous propose l'ensemble des douze dans la playlist YouTube suivante:



L'oeuvre majeure du montage d'aujourd'hui est la grande symphonie-cantate de Mendelssohn communément surnommée "Chant de Louanges". Cette oeuvre associe Mendelssohn à la ville de Leipzig, et son grand orchestre qui est emcore actif aujourd'hui.

Cette symphonie est une commande de la municipalité de Leipzig afin de souligner le 400e anniversaire de l'avènement de l'imprimerie en 1840. Pour se faire, Mendelssohn fait appel à l'ouvrage de prédilection des premières heures de cette technologie: la bible, insérant après une sinfonia en trois mouvements onze sections chantées d'extraits bibliques. Pour l'occasion, en plus d'un grand orchestre, Mendelssohn sollicite un choeur et trois solistes.


Pour a performabce du montage, j'ai opté pour le grand orchestre de Leipzig, qui fut sous la tutelle de Mendelssohn de 1835 jusqu'à 1847. Cet orchestre remonte à 1743, alors qu'on montait des concerts dans les domiciles huppés de la région, et plus tard dans une taverne locale. En 1780, l'orchestre et son public sont de moins en moins appréciés à la taverne, et la municipalité offre qu'on monte les concerts dans un édifice partiellement désaffecté, la "maison du tissu" ou, en Allemand, le Gewandhaus.

Entre 1970 et 1996, le poste occupé jadis par Mendelssohn - celui de Gewandhauskapellmeister - est occupé par l'excellent chef Allemand Kurt Masur et c'est sous sa baguette que l'orchestre, choeurs et solistes entreprennent la performance de cette symphonie.

Bonne écoute!


mardi 13 janvier 2015

Josef Suk joue Mendelssohn et Bruch


Le billet suivant est mon Mardi en Musique du 13 janvier 2015.


Notre série Mendelssohn continue cette semaine avec la revanche du vinyle et une prestation du fameux concerto en mi mineur de M. Félix.

Comm vous sans doute, ce concerto pour violon est bien établi dabs a collection, avec une multitude d'interprètes: Kyung-Wha Chung (dans un de nos montages passés), Leila Josefowicz, Michael Rabin, Frank-Peter Zimmermann et celle-ci de la part du violoniste tchèque Josef Suk.





Josef Suk (1929 – 2011) est issu d'une lignée impressionnante: son grand père et homonyme est le compositeur Josef Suk, lui-même le gendre d'Antonín Dvořák (qui est donc son arrière grand père). Le jeune Suk admettra avoir senti le poids de cette antécédance, mais il parviendra à une grande carrière, et sera nommé artiste national de son pays, rien de moins!


Il entrera au conservatiire de Prague en 1945, et suivra une formation de violoniste avec Jaroslav Kocian, Norbert Kubát et Karel Šnebergr. Suivront ensuite des postes de premier-violon avec le Quatuor de Prague et l'orchestre du Théâtre National. Quand Szell entend Suk en récital en 1954, il l'inivite en Amérique pour des concerts avec son orchestre de Cleveland, et il visitera ensuite la France, la Belgique et les Pays Bas.

Invité en tournée avec la Philharmonique Tchèque, il endisquera avec eux le répertoire concertant pour son instrument (et pour l'alto, jouant les deux partitions dans la Symphonie Concertante de Mozart!) pour le label Suoraphon. L'enregistrement d'aujourd'hui est un de cette série.

Le jeu aisé et franc de Suk permettent pout une audition claire des lignes du soliste, sans le fla-fla de certains violonistes de son époque. C'est à savourer!

Bonne écoute!

Max BRUCH (1838 – 1920)
Concerto pour violon no. 1 en sol mineur, op. 26 

Felix MENDELSSOHN-BARTHOLDY (1809-1847)
Concerto pour violon en mi mineur, op. 64

Josef Suk, violon
Česká filharmonie
Karel Ancerl, direction
Enregistrement datant de1963

EPIC LC3946 

Nos salutations à Addiobelpassato qui a partagé ces vidéos sur YouTube.

dimanche 11 janvier 2015

Un récital de chambre sur Internet

Le billet suivant est la reprise d.un Billet de faveur du 9 juillet 2011.

Certains propos et hyperliens furent revisés pour cette rééedition.



La musique de chambre prend de nombreuses formes, que ce soit un instrument solo, un duo, un trio, un quatuor ou un groupe plus imposant. Pour ce billet j'ai pensé fournir un échantillonnage de musique de chambre, trouvé sur le Web.

Trois duos
Une forme typique de duo est une sonate pour instrument seul et clavier. Mon choix aujourd'hui est une œuvre tardive de Johannes Brahms. Au début des années 1880, Brahms a décidé de ranger sa. Mais quand il a entendu clarinettiste Richard Meulfeld, il n’a pu résister de créer quelques nouvelles pièces spécialement pour cet artiste hors pair. Celles-ci ont inclus un Quintette pour clarinette et deux sonates pour clarinette et piano. La Sonate pour clarinette et piano en fa mineur, op. 120 no. 1 a également été orchestrée une centaine d’années plus  tard par Luciano Berio à l’intention de la clarinettiste-solo de la Philharmonique de Los Angeles, Michelle Zukovsky. Le clarinettiste canadien James Campbell a enregistré la version de Berio avec l'Orchestre symphonique de Londres il ya quelques années, et a enregistré la sonate dans sa forme originale avec son compatriote Marc-André Hamelin à Boston en 2010 pour la station radiophonique WGBH. En plus de la sonate de Brahms, le duo offre /galement des oeuvres de Berg et Poulenc.



Un Trio

Il n’est pas inusité de trouver des compositeurs « du dimanche », qui ont une carrière professionnelle autre que la musique. Borodine, par exemple, était un chimiste scientifique qui s’adonnait à la composition, généralement lorsqu’il était à la maison pour traiter une grippe. Charles Ives était un courtier d'assurances le jour et contribua des compositions révolutionnaires dans ses temps libres. Une telle œuvre est son trio pour piano écrit en 1904. Ici, je propose une performance d’amateurs, étudiants à la prestigieuse école polytechnique du MIT  dans une performance datant de  2007.
Le quatuor en fa majeur de Ravel est certainement mon quatuor français préféré, et fait peut-être mon Top 3, point à la ligne. Malgré la notoriété qu’il a finalement atteinte, Ravel a maintes fois tenté de décrocher  l'une des bourses des plus convoitées, le Prix de Rome. Il a fait plusieurs soumissions, dont deux cantates (rarement jouées aujourd’hui). Ce quatuor, dédié à son ami et professeur Gabriel Fauré, était sa dernière tentative, également sans succès, et accueillie avec tiédeur par la critique. Fauré n'a pas été tendre non plus. Cependant, en 1905, Claude Debussy a écrit à Ravel: « Au nom des dieux de la musique et au mien, ne touchez pas une seule note». Fort heureusement pour nous,  Ravel  a suivi les conseils de Debussy et nous avons maintenant un summum du genre.
Le quatuor est une œuvre aux sons modernes, tout en demeurant lyrique et rêveuse. J'ai quelques versions dans ma collection, et j’avais un lien vers une vidéo YouTube, qui a depuis été supprimée.  La performance que j'ai choisie est un enregistrement non daté en provenance du musée Isabella Stewart Gardner de Boston mettant en vedette les musiciens de Marlboro, le groupe itinérant associé au Festival de musique Marlboro dans le Vermont. 
La musique de chambre, dans mon esprit, perd son appellation lorsque le nombre d'artistes dépasse la douzaine. Huit est un bon nombre – expliquant peut-être pourquoi l’Octuor de Mendelssohn est entré dans mon esprit comme un exemple d'une œuvre de plus grande envergure.
L’Octuor en mi bémol majeur de Félix Mendelssohn fut composé à l'automne 1825, lorsque Mendelssohn était âgé de 16 ans. Cette œuvre est considérée comme son premier grand chef-d'œuvre. Écrite pour un quatuor double, Mendelssohn a précisé que l'octet doit être joué avec la dynamique, la force et le style d'une symphonie. Mendelssohn le considéra comme une de ses œuvres préférées. La performance que j'ai choisie est un autre enregistrement vedette des musiciens de Marlboro. 

http://traffic.libsyn.com/gardnermuseum/mendelssohn_op20.mp3
Bonne écoute!

vendredi 9 janvier 2015

Mendelssohn & Mendelssohn: Trios





Notre montage # 180 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast180


pcast180- Playlist

=====================================================================

Le deuxième montage de motre série Mendelssohn propose l'écoute de trois trios (pour piano, violon et violoncelle), dont un par la soeur aînée de Félix, Fanny Mndelssohn.



Fanny, comme Félix, fera des études musicales sous Carl Friedrich Zelter et celui-ci, d'après certaines communications, aurait estimé que Fanny était plus douée que son frère... , Toutefois, la société - et la famille - de la musicienne ne faisaient que tolérer ses ambitions musicales.

Félix, par contre, a souvent cherché l'opinon de sa soeur, et a même publié certaines de ses chansons sous son propre nom (une demi-douzaine dans ses opp. 8 et 9). Ces supercherie causera un certain embarras à Félix lorsqu'il dut admettre à une de ses admiratroces - la Reine Victoria d'Angleterre, rien de mlins, que sa soeur Fanny était l'auteur de sa canson préférée...



Une fois mariée au peintre Wilhelm Hensel, celui-ci l'encourage à composer et une de ces pièeces, son trio, en sera le résultat. Composé peu avant son décès prémaruré,  Il s'agît d'un trio romantique à souhait, qui remplace le menuet du troisième mouvement par un lied - un chant sans parole qui rappelle les nombreux petits pastiches du même nom composés par son frère - l'objet d'ailleurs d'un montage dans deux semaines...

Mais il ne faudtrait pas oubluer les deux autres trios au programme cette semaine, les deux composés par Félix, et unterprétés dans des enregitrements de l'ère Soviétique par un trio formé autour du violoniste David Oistrakh.


Le premier (en ré mineur) est une des pièces de chambre de Mendelssohn les plus populaires, avec bien sûr son octet, (qui sera au programme dimanche). Le secon (en ut mineur) a la distinction - comme la symphonie Réformiste de la semaine dernière - de puiser un peu de son inspiration parmi les chorals de l'Église Luthérenne.

Binne écoute!


mardi 6 janvier 2015

Inspirations Écossaises

Le billet suivant est mon Mardi en Musique du 6 janvier 2015.

Ce billet reprend le Montage # 63 (Commentaire original: http://itywltmt.blogspot.ca/2012/07/montage-63-scotland-lecosse.html)


pcast063 Playlist


Janvier est un mois dédié à la musique de Félix Mendelssohn, et nos billets du mardi contribueront à cette série, proposant ici une des cinq symphonies du compositeur.

Un autre aspect - celui-ci un hasard complet - veut que les billets d'aujourd'hui et de mardi prochain proposent un duo Mendelssohn et Max Bruch, une convergence assez intéressante...

Les deux oeuvres majeures du montage d'aujourd'hui sont toutes les deux inspirées par l'Écosse. Mendelssohn visitera les îles Britanniques en 1829, et tirera deux oeuvres durables de la part de celui-ci: son ouverture "les Hébrides" et une symphonie, qui sera dans ses calepins pour une dizaine d'années, finamelement complétée en 1842.

Cette symphonie "Écossaise" en est une d'atmosphère, avec la particularité d'enchaîner ses quatre mouvements sans répit.


La "fantaisie Écossaise" de Bruch, par contre, emprunte au folklore écossais, et se veut une pièce digne d'un grand virtuose, dans ce cas-ci le grand violoniste Espagnol Pablo de Sarasate, Bruch use de mélodies telles "Auld Robin Morris",  "Hey, the Dusty Miller", "I'm Down for Lack o' Johnnie." et l'hymne de guerre "Scots wha hae" dans ce merveilleux collage pour violon, orchestre et harpe.

En complément de programme, l'ouverture Rob Roy de Berlioz, une fresque musicale qui relate les exploits du "Robin des Bois" écossais.

Bonne écoute!

dimanche 4 janvier 2015

Andrea Chenier (Giordano)



Le billet suivant est une reprise de ma série opératique Once or Twice a Fortnight du 29 octobre 2014.

Pour les mois à venir, je cmpte programmer mes opéras du mois dans le cadre de la série En Pantoufles. Voyons voir si cette coutume deviendra la norme...

La Révolution Française, et la Terreur, furent le sujet d'opéras; pensons aux DIalogues des Carmélites de Poulenc, par exemple. Andrea Chénier du compositeur Italien Umberto Giordano est un des grands exemples du genre verisimo rendu célèbre par les compositeurs Italiens du début du XXe siècle tels Mascagni et Puccini. L'opéra rend compte des excès de l'aristocratie et des motifs nobles de la Révolution et , comme dans le drame de Poulenc, l'aspect arbitraire de la Terreur avec une ride dramatique: la jalousie.

André Marie Chénier (1762 – 1794) est un véritable personnage de la Révolution, même si Giordanpo saupoudre un peu de licence dramatique dans le récit de l'opéra. Né dans une famille de diplomates, Chénier est un poète qui a contribué au mouvement romantique de l'époque. 

Ayant fui la rance pour l'Angleterre, Chénier a publié des articles souvent dénonciateurs, et revient en France croyant que le rêve d'une République était réalisé, mais il arrivera au coeur de la Terreur, et sera emprisonné pour certains de ses propos. C'est en prison qui'il écrira un de ses plus grands poèmes, "Jeune captive", une oeuvre d'enchantement et de désespoir inspiré par les déboires de la duchesse de Fleury, née de Coigny.

En dépit - ou à cause - des efforts de son père (mal vu par les autorités révolutionnaires), il sera guillotiné lors des derniers jours du règne de Robespierre - qui sera lui-même condamné à mort trois jours plus tard..

Giordano met en scène les évènements dans le contexte d'un triangle amoureux:  Chénier, Maddalena et Gérard qui, lorsqu'il en aura l'occasion, fera en sorte que Chénier soit emprisoné. Dans l'aria de Gérard ("Nemico della patria"), ce dernier rédige les accusations dans un summum du répertoire pour baryton.

Dans l'ensemble, Giordano propose une partition post-romantique qui colle bien au mode verismo.

La Performance
Umberto GIORDANO (1867-1948)
Andrea Chénier (1896)
Opéra en quatre actes, livret Italien de  Luigi Illica

DISTRIBUTION
Plácido Domingo, Andrea Chénier
Renata Scotto, Maddalena de Coigny
Sherrill Milnes, Carlo Gérard
National Philharmonic Orchestra and the John Alldis Choir
James Levine, direction

(Walthamstow Town Hall, London, England, 1976)

Argument: https://www.cotediffusion.fr/sites/default/files/andreachenier_livret.pdf
Libretto: http://www.opera-arias.com/giordano/...nier/libretto/


 NB: Les propos du commentateur Sean Bianco (en Anglais) précèdent chaque acte.

vendredi 2 janvier 2015

Felix Mendelssohn: Symphonies no. 1 & 5





Notre montage # 179 est disponible pour écoute et téléchargement depuis la chaîne Community Audio du site Internet Archive à l'adresse suivante: https://archive.org/details/pcast179


pcast179- Playlist

=====================================================================

Le B + B de cette semaine lance une série de cinq montages dédiés à l'oeuvre de Félix Mendelssohn. Des montages antérieurs ont considéré deux de ses symphonies et deux de ses concerti, en plus d'une poignée d'ouvertures. Certains de ces billets feront les frais de billets connexes.

Si on met de côté la douzaine de sinfonias pour cordes estudiantines, Mendelssohn composera cinq symphonies "matures", num.ritées suivant leur ordre de publication - l'ordre de composition est différent: 1, 5, 4, 2, 3. La symphonie "Écossaise" (no. 3) est une oeuvre qui aura une gestatin de près de dix ans, et fut commencée autour de sa 5e, mais complétée bien après.

On peut donc dire que les deux symphonies du montage d'aujourd'hui sont ses deux premières...

La première symphonie (en ut mineur) date de 1824 et suit l'exemple des post-clacissistes Beethoven et Carl Maria von Weber. Mendelssohn dirigera cette symphonie lors d'un voyage en Grande-Vretagne cinq ans plus tard.

Pour l'occasion de ce concert, Mendelssohn remplacera le scherzpoexistant avec une orchestration de celui de son octet, op. 20. Avec cet ajustement (qui ne fait as partie de la prestation retenue pour le montage), la première symphonie gagnera des adeptes, Voici une version de cette orchestration du fameux scherzo:




S'il y a un aspect particulier chez Mendelssohn, c'est son patrimoine religieux. Le grand-père du compositeur, Moïse Mendelssohn, est un personage important du siècle des Lumières, une ère de tolérance entre les communautés Européennes et les Juifs. Né d'une famille juive mais non-pratiquante, Mendelssohn sera baptisé dans l'Église Réformiste Luthérenne, et épousera même la fille d'un membre du clergé de cette dénomination.

Sa cinquièeme symphonie, dite "Réformiste" fut composée afin de commémorer le 300e anniversaire de l'Église Luth.renne. Le résultat final déplaira au compositeur, qui e publiera pas la symphonie de son vivant; elle sera composée plus de 20 ans après sa mort.

En complément, deux ouvertures: une pour la scène, l'autre une ouverture de concert.

Bonne écoute!

jeudi 1 janvier 2015

Programmation - janvier 2015

Thématique du mois

Une nouvelle année de blogs et balladodiffusions commence avec un festival Mendelssohn, et un survol de ses symphonies et concerti, ainsi que d'autres musiques intimes.

Blog et Baladodiffusion du vendredi



Dimanche "en pantoufles"

Afin de rehausser votre expérience sur l'Idée Fixe

 Ne manquez pas d'écouter la playlist du mois sur MQCD Musique Classique, un ensemble de transferts vinyl. Visitez la page d'accueil du forum pour l'écouter!



Visitez nous sur Facebook Networked Blogs et Google + afin de visionner notre contenu et nous joindre avec vos comentaires!
 

Pages vues la semaine précédente